Notre Dame des Champs

Notre Dame des champs … et des vignes, fut installée par la mission de 1896,  le 8 septembre 1896 (date de célébration de la nativité de la Vierge Marie) selon une des plaques fixées au monument.
 
 
Les missions consistent à l’envoi de missionnaires chargés de restaurer ou de revivifier la pratique religieuse de la communauté paroissiale auprès de laquelle ils sont envoyés. Pendant quelques jours, ils prêchent et distribuent les sacrements. A la fin de la mission une croix ou une vierge entretient le souvenir de ce temps fort.
 
Mais cette statue peut être aussi une protection, suite aux maladies touchant les vignes au cours du 19 ème siècle. Rappelons que tous les coteaux d’Autoire étaient plantés de pieds de vigne à cette époque.
La pyrale dans les années 1830, l’oïdium au début des années 1850, le mildiou à compter de 1878 frappèrent la vigne française. Le coup fatal fut donné par le phylloxéra implanté en 1864 (pieds de vignes américaines) jusqu’en 1890 (vignes champenoises)
 
LA STATUE
La teinte de la statue de la vierge tire sur le brun, rappelant la couleur de la terre.
 
Ce qui peut être confirmé par une plaque attachée au pied de la statue avec cette inscription en latin «  POSUERUNT ME CUSTODEM IN VINEIS (CANT) »
La traduction de cette phrase semble être la suivante : «  Ils ont fait de moi leur gardienne (ou leur protectrice) » ou « Ils m’ont placé comme gardienne », de leurs vignes.
La mention (CANT) à la fin de cette inscription semble conduire au Cantique des Cantiques de Salomon et nulle part ailleurs.
 
Dans celui-ci on raconte l’histoire d’une jeune très belle personne noire. Pas noire de couleur de peau, mais noire car brûlée par le soleil.
Encore que, dans ce Cantique il est possible que l’on parle d’une jeune noire (de peau) nommée Balkis fille unique du roi de Saba.
Mais comment concilier cette fille du roi de Saba qui semble être née 1000 ans avant la venue du Christ et la représentation de la Vierge Marie dont la Sainte Ecriture de dit rien de la date de naissance. ?
.
 
On peut se demander si cette inscription « POSUERUNT ME CUSTODEN IN VINEIS (CANT) », est générale ou est-ce qu’elle nous ramène obligatoirement au Cantiques de Cantiques de Salomon.