Chapelle Saint-Roch

On suppose que cette chapelle a été élevée, au XVème siècle, en ex-voto après une épidémie de peste, saint Roch étant le patron des pestiférés.

Couverte d'une voûte en berceau brisé sur laquelle repose une toiture à deux pans de lauzes calcaires, la chapelle Saint-Roch abrite une salle quadrangulaire où est placé un autel en belles pierres de taille. Sur le linteau monolithe de l'ouverture, comme sur le linteau en accolade de la porte d'entrée (à l'ouest), est gravée l'inscription : "St Roch pour la peste".Les murs intérieurs sont ornés de peintures murales du 15e siècle, malheureusement très dégradées, malgré les restaurations effectuées en 1993. Du côté de l'autel figure la Dormition de la Vierge (Marie sur son lit de mort entourée par le Christ et les apôtres), surmontée de deux anges. De chaque côté figure le blason des de  Banze, seigneurs d'Autoire jusqu'à la fin du 17e siècle, et probables constructeurs de cette chapelle. Les apôtres sont représentés sur les murs latéraux, portant les instruments de leur martyre ou leurs attributs symboliques. On reconnaît saint Paul avec le glaive, saint André avec la croix en X et saint Jacques avec son chapeau et son bourdon de pèlerin. Au début du 20e siècle, on venait ici bénir les troupeaux, le jour de la fête du saint.

Au début du XXe siècle, "dans cette chapelle on célébrait la messe trois ou quatre fois l'an. Le 16 août les habitants s'y rendaient en procession pour assister à un office et faisaient bénir du pain, des grains et du sel destinés au menu bétail. La bénédiction du gros bétail avait lieu dans le bourg, autour de l'église.