Lavoir Taillefer

LES LAVOIRS
 
Le 5 février 1851 un texte de loi ayant trait au développement de l’hygiène est approuvé.
Développement subventionné à hauteur de 30 % du coût de leur construction.
Ce texte répondait à l’époque à un besoin croissant d’hygiène suite aux épidémies (choléra, variole, typhoïde) de la fin du XVIIIème siècle et peut-être déjà au début de la pollution industrielle.
Certains lavoirs ont pu être construit avant cette date, mais leur essor semble bien lié à ce texte.
LOI RELATIVE A LA CRÉATION D'ÉTABLISSEMENTS MODÈLES DE BAINS ET LAVOIRS PUBLICS .
(22 novembre, 7 décembre 1850 et 3 février 1851.)
Art. 1er. 11 est ouvert au ministre de l'agriculture et du commercé, sur l'exercice 1851, un crédit extraordinaire de six cent mille francs (600,000 fr.) pour encourager, dans les communes qui en feront la demande, la création d'établissements modèles pour bains et lavoirs publics gratuits ou à prix réduits.
Art. 2. Les communes qui voudront obtenir une subvention de l'Etat devront, 1° prendre l'engagement de pourvoir, jusqu'à concurrence des deux tiers au moins, au montant de la dépense totale ; 2° soumettre préalablement au ministre de l'agriculture et du commerce les plans et devis des établissements qu'elles se proposent de Gréer, ainsi que les tarifs, tant pour les bains que pour les lavoirs.
Le ministre statuera sur les demandes, et déterminera la quotité et la forme de la subvention, après avoir pris l'avis d'une commission gratuite nommée par lui.
Chaque commune ne pourra recevoir de subvention que pour un établissement, et chaque subvention ne pourra excéder vingt mille francs (20,000 fr.)
Art. 3. Les dispositions de la présente loi seront applicables, sur l'avis conforme du conseil municipal, aux bureaux de bienfaisance et autres établissements reconnus comme établissements d'utilité publique qui satisferaient aux conditions énoncées dans lès articles précédents.
Art. 4. Au commencement de l'année 1852, le ministre du commerce publiera un compte rendu de l'exécution de la présente loi et de la répartition du crédit ou de la partie du crédit dont l'emploi aura été décidé dans le courant de l'année 1851.
(1) Projet de loi et exposé des motifs présentés à l'Assemblée législative par M. Dumas, ministre de l'agriculture et du commerce, dans la séance du 1er juin 1850. — Rapport présenté par M. de Melun, séance du 11 juillet suivant. — Discussion et adoption, séances des 22 novembre, 7 décembre 1850 et 5 février 1851.
Le but et les détails d'exécution de cette loi sont exposés dans une circulaire de M. le ministre de l'agriculture et du commerce