Film de Martin Cadot

Pour recevoir ou commander une clé USB contenant la film complet, adressez-vous à amisdautoire@orange.fr 

Résumé : Au creux d’une vallée, se cache un village où des femmes et des hommes ont construit son histoire. Ils sont paysans, artisans et commerçants. 
Certains ont repris l’affaire familiale. D’autres sont tombés par hasard ici et se sont peu à peu attachés au village. J’ai aimé les écouter, comprendre leurs difficultés et j’ai vu à quel point ils aiment leur métier. 
Grâce à toutes ces personnes actives dans le village, Autoire reste vivant.


Les mots sont nés et les phrases sont venues se coucher sur le papier à la suite de ce film de Martin Cadot (Patrick Toppin le 30 avril  et 1ier mai 2022)

 

La clef de la raison

à travers ses murs de pierres, Autoire respire le temps d’avant

Bien à l’abri dans le fond de sa vallée il prend son temps

Rafraîchi par son ruisseau qui d’un bout à l’autre le traverse 

Après avoir plongé du haut de la falaise, attiré par sa noblesse

 

Le premier regard, posé sur le village est le charme de son architecture

Ses ruelles pavées qui nous rappellent que la tranquillité perdure

Les regards premiers ne portent que sur ce que l’on voit

Des choses, toutefois éphémère, répétitives qui ne durent qu’une fois

 

Bien sûr les gens sont là, qu’ils soient du village ou d’ailleurs

Mais se sont en fait des multitudes, se mouvant à l’extérieur

Ne pensant pas, sur le moment que ce village qui abrite leurs pas

Que ce village a une âme, et qu’il respire par un mécanisme d’entrelacs

 

On s’en rend compte,  seulement lorsqu’on nous met le doigt dessus

Encore faut-il trouver le fil qui amènera  à obtenir une autre vue

Par quoi faut-il passer pour trouver la clef qui ouvrira une autre perception ?

Ne cherchez plus c’est la passion, qui nous dévoile une autre passion

 

Faire parler les uns et les autres n’est pas seulement pour raconter

Non, parler de leur vie au sein de leur village c’est reconstituer

Par des personnes bien choisies ce n’est pas seulement leur vie qui voyage

Mais comment ils vivent grâce au village, tout en bâtissant son âme 

 

De cette passion et de son attachement à Autoire au fil du temps 

Un garçon qui perçoit ce que nous ne voyons pas souvent   

Nous l’imprime en nous avec force par une narration de ces moments de vie… 

Nous comprenons alors comment et pourquoi le village continu de vivre

Ces agriculteurs, ces artisans, ces commerçants nous montrent leur passion

Le révélateur qui soulève ce voile léger c’est un film, la clef  de la raison

En écoutant ces gens, leurs mots simples, on perçoit leur attachement

En les regardant faire, les gestes de leur quotidien, on voit autrement

 

On s’attache à Autoire sans s’en apercevoir, bien volontiers

On fait corps à ce village par les gestes répétés, ancrés par le métier

C’est à travers les gestes ancestraux qui se répètent 

Que les anciens disparus restent présents dans les têtes

 

Tous les gestes de ceux qui exercent aujourd’hui le métier,

Sont emprunts de douceur, de maîtrise, dans un rythme journalier

De leur savoir, leurs paroles sont profondes, justes et nostalgiques

De leurs gestes et paroles on sent l’amour et la passion, c’est magnifique.

 

On ressent chez chacun le bonheur de faire ce qu’ils font

Même si parfois la tâche est dure ; la vie ne tourne pas toujours rond

Mais ensemble ils forment la trame du village 

Chacun actionnant son levier pour garder actif ce bout du monde rural 

 

 

Il n’est rien de plus beau qu’une passion d’un garçon 

Qui rassemble des gens passionnés et attachés à leur mission

Aurions-nous eu cette perception, cet angle de vision ?

Sans l’amour et la passion de ce garçon que nous remercions